@ copyright 2019 - Biointrant - Mentions Légales

  • LinkedIn - Gris Cercle
  • Twitter - Gris Cercle

Thierry Heulin 

  • logo-researchgate
  • Grey LinkedIn Icon

DR CNRS

Thierry Heulin est directeur de recherche au CNRS. Il est Docteur-Ingénieur diplômé de l’École Nationale Supérieure Agronomique et des Industries Alimentaires (ENSAIA) de Nancy (1983) et titulaire d’une Habilitation à Diriger les Recherches de l’Université de Nancy I (1991). Médaille de bronze du CNRS (1990).

Il a dirigé l’UMR 7265 BVME « Biologie Végétale et Microbiologie Environnementales » (CEA/CNRS/Aix-Marseille II) de 2003 à 2011. Il a été directeur de l’Institut de Biologie Environnementale et de Biotechnologie (iBEB-CEA-DSV, Cadarache) de 2007 à 2016. Il a été membre nommé du CoNRS Section 29 (2012-16). Il a été membre du Conseil Scientifique de l'iNEE-CNRS (2015-2018), président du CS de France Génomique (2012-2017).

Il s’est intéressé à l’écologie des bactéries fixatrices d’azote et continue à travailler actuellement sur des bactéries productrices d’exopolysaccharides dans la rhizosphère de plantes cultivées (diversité, taxonomie, physiologie, génétique). Il a publié une centaine de publications sur une dizaine d’espèces bactériennes rhizosphériques ayant des propriétés de promotion de la croissance des plantes. Il est co-auteur de 3 brevets dont deux sont exploités.

Il est actuellement directeur de la FR ECCOREV (Écosystème Continentaux et Risques EnVironnementaux), président du CS du Labex DRIIHM, membre de plusieurs autres conseils scientifiques (Lascaux, CESAB-FRB, Labex DRIIHM), membre représentant le CEA au CPS de l’Alliance AllEnvi, membre du Groupe Permanent d'experts au GPRADE (ASN), membre de l’International Scientific Advisory Board (SAB) de AnaEE-F et de l’International Scientific Advisory Board (SAB) de France Génomique.

Il est co-auteur de 93 articles publiés dans des revues internationales (Google Scholar: h-index : 43 avec 4950 citations).

Wafa Achouak 

  • logo-researchgate

DR CNRS

Wafa Achouak est directrice de recherche au CNRS et dirige le Laboratoire d'Écologie Microbienne de la Rhizosphère et de l'Environnement Extrême (LEMiRE) au CEA de Cadarache depuis 2004. Ses recherches actuelles portent sur la réponse adaptative des bactéries aux fluctuations de leur environnement, le rôle des ARN non codants régulateurs dans les interactions moléculaires plantes-bactéries,  la régulation et l'expression des traits phytobénéfiques des bactéries associées aux racines de plantes et leur exploitation pour des applications agricoles respectueuses de l'environnement. Elle est Senior Editor de la revue Microbiology depuis 2015 ; membre du comité scientifique du programme national «Ecosphère côtière et continentale (EC2CO)»: ECOtoxicologie, écoDYNamique des Contaminants (ECODYN) ; membre du Comité Directeur et Comité Scientifique de la "Fédération de recherche" ECCOREV ; membre du Labex SERENADE et GDR-i F-USA i-Ceint, et membre de la CSS INRA BIHASC. Elle est co-auteur de 83 articles publiés dans des revues internationales (Google Scholar: h-index : 33 avec 3570 citations).

Mohamed Barakat

  • logo-researchgate

IR CNRS

Mohamed Barakat est ingénieur de recherche au CNRS. Il a été responsable du secteur neurobiologie-endocrinologie de la base de données Pascal (1989-1996, INIST-CNRS). Il a rejoint le LEMIRE (1996) pour se consacrer à l’étude des interactions plante-bactéries, puis l’étude du cycle cellulaire de Ramlibacter tataouinensis et les mécanismes d’adaptation de cette bactérie modèle à la vie dans le désert et sa résistance à la dessiccation. Après une année de formation dans le cadre d’un DESS (Université de Marseille), il se consacre actuellement à la recherche en bioinformatique, à l’analyse de données issues des technologies dites « omics » et à la construction de bases de données de génomique et de protéomique dédiées à la microbiologie et à l’écologie microbienne. 

Mohamed Barakat a obtenu un doctorat en neurobiologie à l’Université de Nancy (1989), ainsi qu’un DESS en informatique, option bioinformatique à l’Université de Marseille (2003).